Activités de l'APSAM et des  Sociétés membres

 
 Cette rubrique a pour but de montrer les activités musicales organisées par l'APSAM et ses sociétés membres.
 
 Elle est ouverte à toutes les sociétés membres qui veulent montrer leurs réalisations.
 
 Faites nous parvenir vos textes et vos photos, ils seront placés sur le site lors de la prochaine mise à jour.
 
 Activités reprises :(cliquez sur l'activité pour y accéder)
 Gala du 100ème anniversaire de l'Harmonie du TEC Liège - Verviers
 Gala du 20ème anniversaire du Royal Brass les Echos de la Salm
 100 ans de l'Ensemble Instrumental Waremmien, Concert " Choeurs et Orchestre" du 5 mai à Waremme
 Enchaînements à la Chorales "Les deux Clochers" de Beyne - Heusay
 Auditions Musicales du 8 novembre 2008 à Membach :  Vidéo de Télévesdre
 3ème journée Apsam de l'Euphonium
 Concours Apsam Jeunes Soliste 2013
 Concours Sonatina Fédéral 2013 à Liège
 Concours Sonatina National 2013 à Mons
1ère  journée Apsam du Hautbois
 

 

 

100e anniversaire de l’Harmonie Royale du TEC Liège - Verviers

Concerts de Gala les 5 et 6 mars 2005

 

C’était la foule le WE des 5 et 6 mars derniers à la salle des Loisirs du TEC à Grivegnée pour fêter le 100e anniversaire de l’Harmonie Royale du TEC qui, pour fêter ce jubilaire, a fait appel à des sociétés affiliées à l’Apsam.

 

 

Le samedi 5 mars au soir, un public nombreux et enthousiaste s’est pressé, malgré les intempéries, pour venir applaudir l’Harmonie du TEC, sous la direction de Paul Purnelle, dans un répertoire très varié et le Brass Band « Echo des Charmilles » de Xhoffraix dirigé par Roland Lodomez, un des meilleurs Brass Band de Belgique, dans un répertoire allant du classique au contemporain longuement ovationné par le public.

 

C’était l’occasion de mettre des musiciens à l’honneur puisque 16 instrumentistes de l’Harmonie du TEC ont reçu une médaille de l’Apsam pour fidélité musicale. Ces décorations ont été remises par Monsieur Paul-Emile Mottard, Député Permanent de la Culture de la Province de Liège et Jean-Claude Cartiaux, Président de l’Union des Sociétés Musicales de la Communauté française.

 

 

Pour 15 ans de fidélité (Bronze) : Cartiaux Jean-Claude – Curella Antonio – Duriez Patrick.

Pour 25 ans (Argent) : Collard Roland – Guillaume Georges – Hertay Henri – Sosson Sylvain. Pour 35 ans (Or) : Caro Armand – Dehez Eddy – Godard Sylvie – Menchior Joseph – Wers Pol. Pour 50 ans (Vermeil) : Purnelle Paul (chef) et pour 60 ans (Brillant) : Bocker Jules et Hiernaux Maurice.

 

Une réception a clôturé cette première soirée de Gala.

 

Le dimanche 6 mars, dans l’après-midi, l’Harmonie Royale du TEC, toujours sous la direction de Paul Purnelle a débuté la première partie du concert suivie par le Cercle Choral Georges Dumont (anciennement chorale du TEC), sous la direction de Pol Wers, dans un répertoire d’œuvres chorales choisies. Pour terminer ce concert, le Cercle Royal des Mandolinistes de Malmedy dirigé par Albert Terf a ravi le nombreux public dans un programme tout en finesse pour instruments à plectre. C’était un concert plus intimiste mais tout aussi riche en harmonies.

 

C’est avec une certaine nostalgie que s’est clôturé ce 2e Concert de Gala fêtant le 100e anniversaire de l’Harmonie Royale du TEC Liège - Verviers.

 

Sylvie GODARD

Photos : Nicolas TILLMANN

 

 Retour

 
 
 
 
 

 

 Un Concert de Gala et un Festival musical pour souffler les vingt bougies du « Brass Band de la Salm » digne successeur de la Société Royale « Les Echos de la Salm ».

 

Fabuleux, exceptionnel, époustouflant, remarquable, les superlatifs ne sont nullement usurpés pour qualifier la soirée organisée ce 7 mai par le Brass Band de la Salm à l’occasion de son 20ème anniversaire. Le choix des morceaux joués, la façon de les interpréter, l’acoustique, la présentation, les effets spéciaux, tout fut une parfaite réussite et les spectateurs ne ménagèrent pas leurs applaudissements.

 

 

 

Le spectacle débuta par un grand standard, la musique du film « Superman » interprété avec brio et contribuant à « chauffer » la salle. La jolie Estève se chargeait de présenter le spectacle, tandis qu’un montage vidéo illustrait à ravir les différents tableaux.

 

Tout au long de la première partie du concert, Le Président rappela le parcours du Brass Band depuis 20 ans. Il le compara à un paquebot qui, après quelques années commença à sombrer. Cela se passait il y a 10 ans… C’est alors qu’apparurent Paul Antoine et Claudine Piette qui empêchèrent le naufrage, Pierre Depuis vint leur prêter main forte et, petit à petit, le groupe remonta la pente, l’école de cuivres et percussions ( E.C.P.V.) vit le jour et le « Mini Brass » fut créé.

 

Par la magie des technologies modernes le public eut ensuite droit à l’interview en direct d’un Lord écossais, joueur de cornemuse qui, depuis son château, expliqua le principe de son instrument. Il regrettait de ne pouvoir être présent à la soirée et entama l’exécution d’un air de son pays lorsque soudain un farfelu en tablier blanc semblant s’échapper d’un asile, surgit dans la salle et agita un instrument qu’il dirigea sur l’écran. A ce moment, une boule de feu traversa la salle et explosa sur la scène, mystifiant le public ébahi : arborant un large sourire, Steve Laird, l’Ecossais surgit, en kilt, son instrument sous le bras.

 

 

Alors, accompagné par le Brass Band il interpréta magistralement « Highland Cathedral » puis le public pu apprécier sa voix de ténor, chaude et forte, dans « Amazing Grace ».
 

La première partie se termina par « Call of the Cossacks », une fresque venue en ligne droite des steppes russes composées de mélodies tantôt douces, tantôt tumultueuses, qui donnaient la chair de poule, des rythmes évoquant les chevauchées, tout cela sous la baguette d’un Pierre Depuis au mieux de sa forme.

 

Ensuite, le « Mini Brass » composé des élèves de la société, fit une démonstration de son savoir faire et l’on put constater que la valeur n’attend pas le nombre des années et que la relève est d’ores et déjà assurée, bambins et ados semblent éprouvés un réel plaisir à jouer cuivres et percussions.

 

 

La deuxième partie fut aussi variée axée sur le chant au cours de laquelle la jeune soprano Marie –Cécile Beauve et Steve Laird offrirent un duo de grande classe.

 

Le Chœur «  Guido d’Arezzo », de Rocourt, fort d’une bonne quarantaine de chanteurs, accompagna le Brass Band et Steve Laird pour « Total Toto », « Brindisi », (extrait de la Traviata de Verdi), la Grande Marche « Aida » qui furent « bissés » à leur tour, « Tiritomba » fut interprété avec le même bonheur.

 

Debout, le public réclamait un nouveau morceau. C’est par la célèbre «  Marche des Chasseurs Ardennais », renforcé par les chœurs, que le Brass Band clôtura ce concert qui restera gravé dans le cœur des spectateurs et qui peut figurer dans les anales de notre cité salmienne.

 

Le lendemain, les festivités continuaient avec un Festival Musical.

 

Cinq formations de nature très différente : l’Harmonie de Schöeneken, l’Ensemble Musical Waremmien, l’Harmonie de Welkenraedt, Le Musikverien Eifelklang de Saint-Vith et le Brass Band Province de Liège, ont répondu à l’invitation du Brass de la Salm. Un beau plateau, comme vous pouvez le voir.

 

Comme la veille, le succès était au rendez-vous. Les sociétés présentèrent au public relativement nombreux et attentif leur répertoire très varié qui fut très apprécié.

 

Ce fut un véritable week-end de promotion pour la musique jouée par des sociétés musicales « amateur » où qualité, originalité et maîtrise technique étaient au rendez-vous.

 

Le Brass Band vous donne d’ores et déjà rendez-vous le week-end de l’Ascension 2006 !

 

Claudine PIETTE

 

 Retour

 
 
 
 

Concert « Chœurs et Orchestre »  

5 mai 2006 à Waremme 

100 ans de l’Ensemble Instrumental Waremmien

 

Fou ! Un monde fou !

 

Sous l’égide de l’APSAM, l’Ensemble Instrumental Waremmien (EIW) a encore déplacé les foules le vendredi 5 mai ! Près de 700 personnes se sont massées dans l’église Saint-Pierre de Waremme, la plus grande de la ville, mais qui était bien juste pour accueillir tout ce monde. Après le succès de la «Musique au Cinéma» en ouverture de son centenaire, l’EIW confirme l’intérêt et l’engouement qu’il parvient à susciter parmi le public.

 

Le concert « Chœurs et Orchestre » a uni cette fois 7 chœurs de la région. Etaient présents « Les Voix de l’Amitié » de Seraing, La « Royale Chorale Saint-Georges » d’Amay, « Quadrivium » de Huy, le « CWAC » (Cercle Waremmien d’Art Choral) de Waremme, la « Chorale du Tumulus » de Waremme, « Arpège » de Waremme et « l’Elan Vocal » de Nandrin.

 

Vu leur nombre, les chœurs invités ont eu pour consigne de ne donner qu’un bref aperçu de leur répertoire en première partie…3 ou 4 morceaux alors que dans un concert, une chorale en présente, en général, 10 à 12 ! Imaginez le choix douloureux des chefs de chœurs et les frustrations ! Mais quel résultat ! Les chœurs ont interprété leurs œuvres favorites, celles qui les représentaient le mieux. Chaque groupe a ainsi donné le meilleur de lui-même ! Le public ne s’est pas trompé et les applaudissements ont été enthousiastes de la première à la dernière chorale !

 

L’Ensemble Instrumental Waremmien a ensuite interprété 3 œuvres classiques qui ont mis en avant le travail extraordinaire réalisé par son chef, Francis Lambert, et les qualités d’un orchestre qui s’améliore de concert en concert.

 

Avec 246 choristes et les 50 musiciens de l’EIW, le final du concert « Choeurs et Orchestre » a achevé d’emballer le public. Même les pierres de l’église en ont eu des frissons ! Le Chœurs des Esclaves (Verdi), Land of Glory (Elgar), 1492 (Vangelis) et Carmina Burana (Orff) ont fait trembler les murs de l’église. Quelle puissance et quelle douceur à la fois. Les voix et les instruments se sont enchevêtrés et ont littéralement transporté les spectateurs!

 

Chaque participant a eu le sentiment de participer à quelque chose de merveilleux et de grand. Les standing ovations et les demandes de bis du public ravi ont, malgré l’heure tardive, ponctué allègrement l’enchaînement de ces derniers morceaux pour le plus grand plaisir de tous ces musiciens et chanteurs amateurs qui se réunissent toute l’année pour travailler ensemble et partager leur passion. Quelle récompense !

 

Retrouvez les photos sur www.eiw.be

 

Benoit Degrange

 

 
 

 Retour

 
 
 
 
 

Enchaînements 

à la Chorale "Les Deux Clochers"

 
 

 

 

Il peut arriver qu’un évènement courant en amène un autre qui l’est beaucoup moins. C’est la petite aventure qui nous est arrivée à la chorale "Les Deux Clochers" de Beyne-Heusay et que je vais vous la conter.

 
 

En décembre 2007, nous avons eu l’opportunité de présenter un concert de Noël au théâtre du Trianon à Liège. Se produire en concert, pour une chorale, est un évènement qui n’a rien d’extraordinaire. Je dirais même presque que c’est un évènement banal. Mais ce concert de Noël avait déjà un petit piment particulier. Il faut savoir que le Trianon, théâtre communal liégeois, est un véritable "conservatoire" de la culture et de la langue wallonne : là, la langue parlée, chantée, écrite, c’est le wallon. Par conséquent, nous nous sommes mis au diapason des lieux et nous n’avons présenté que des chants de Noël en wallon.

 

Vint alors l’enchaînement !

 

Le Pope de l’Église orthodoxe de Liège préparait un CD intitulé : "La PASTORALE des SANTONS  WALLONS" C’est un récit de Noël où interviennent divers personnages, dans un mélange de français et de wallon : la Vierge Marie et St Joseph, bien sûr, mais aussi toute 

une série d’autres comme TCHANTCHES, NANESSE, li BOTERESSE, li COTIRESSE, li BOLDJI  et d’autres encore. L’histoire est parsemée de chants en wallon (il y en a 6 en tout). Et c’est notre chorale qui a eu l’honneur d’être invitée à assurer cette partie chantée. L’enregistrement des chants a eu lieu au mois de février 2008 dans les studios de la Province de Liège.

 
 
Nos prestations en wallon ne se sont pas arrêtées là. Le plat de résistance était encore à venir. En effet, une équipe du Trianon s’était mise en tête de transposer en wallon liégeois rien moins que "La Flûte Enchantée", le célèbre opéra de MOZART, devenue pour la circonstance "Li Flûte andouleûse" (adaptation de E-H. Genon, arrangement musical de J.C. Kech et J-C. Hecht). Comme notre chef de chœur, Jean-Camille Kech, est aussi administrateur–délégué au Trianon et que nous avions déjà acquis une petite expérience du wallon chanté, notre chorale a donc assuré la partie des chœurs de l’opéra (sauf le très beau chœur des Prêtres confié à un chœur d’hommes).
 
Ceci nous a demandé un gros effort car il a non seulement fallu apprendre les partitions qui nous incombaient mais en plus il a fallu répéter avec l’orchestre et les solistes et aussi répéter la mise en scène. Mais ce fut une expérience très originale et très enrichissante car elle nous a permis de découvrir par l’intérieur ce qu’est l’opéra et de nous rendre compte qu’au cours d’une représentation, il y a derrière la scène et dans les coulisses une activité débordante avec les déplacements des acteurs, les courses du régisseur et de ses complices, les avertissements d’entrée en scène, etc …
 
Cette « Flûte Enchantée» a connu 3 représentations, les 29 et 31 mai et le 1° juin 2008. Toutes les 3 ont recueilli un immense succès.
 
L’année  musicale de notre chorale ne s’est pas terminée là, même si la suite ne fait plus partie de l’enchaînement des prestations en wallon. En effet, parallèlement à ce qui précède, nous étions occupés à préparer un grand concert que nous avons donné chez nous à Beyne-Heusay cette fois-ci, le 12 octobre dernier. Et là, nous avons changé de langue : nous sommes passés du wallon au latin puisque nous avons interprété le Gloria de Vivaldi et le Requiem de Bruckner (ainsi que l’Hallelujah de Haëndel, en anglais, lui). Gros concert aussi puisqu’il exigeait des chœurs, 8 solistes (6 extérieurs et 2 de notre chorale) et un orchestre symphonique (en l’occurrence l’orchestre Henri Vieuxtemps de Verviers dirigé par Robert Ortman). Gros concert et gros succès. Le concert s’est terminé par une petite séance d’hommage à notre chef, Jean-Camille Kech, qui avait de longue date décidé que ce serait son dernier concert avec nous. Hommage aussi émouvant que mérité.

 

 
 

Depuis lors, dès fin octobre, la chorale s’est remise à la tâche avec un enthousiasme intact, sous la férule de notre nouveau chef Cyril Englebert.

 

L’année 2008 aura été une année exceptionnellement marquante dans l’histoire de notre chorale.

 
Frédéric FONTAINE, Président
 
 

 Retour

 
 
 
 

3ème journée APSAM
de l'Euphonium

 

 

 Retour